Comment un commerce local surmonte les mesures sanitaires avec le web

Comment un commerce local surmonte les mesures sanitaires avec le web

Depuis le début 2020, les commerces locaux ont dû surmonter deux confinements. Ces arrêts d’activités diminuent leurs revenus et mettent en danger leur situation financière. La digitalisation de leurs activités en ligne devient un atout obligatoire pour survivre durant les confinements. Leurs sites internets deviennent un outils puissants pour générer de l’activité. Voici un témoignage d’un commerçant ayant digitalisé ces activités. Découvrez son histoire puis faites une visite sur son site internet pour le soutenir. Ce témoignagne a été réalisé par «Le Monde».

Quelle est votre activité et dans quelle mesure le digital vous a permis de traverser les deux premiers confinements ?

Jean-Hubert Fabre : Depuis trois générations, ma famille produit des vins dans la région de Bordeaux, en appellations Haut Médoc et Margaux. Nous sommes principalement positionnés sur l’export, avec 80 % de notre chiffre d’affaires réalisé auprès de restaurateurs et de cavistes situés dans 25 pays, dont le Danemark, la Chine ou les États-Unis.

Fin 2019, nous avons connu un premier coup dur avec les surtaxes de l’administration Trump sur les vins français. En 2020, la crise sanitaire a freiné de 50 % nos exportations vers la Chine et le Danemark, car leurs restaurateurs ont dû fermer leurs portes. Face à cette situation compliquée, nous avons décidé de renforcer notre présence sur le marché français, en développant une boutique en ligne à destination des particuliers. L’idée était de l’intégrer à notre site internet, qui n’était jusqu’alors qu’une vitrine. Cette décision, prise lors du premier confinement, fut un changement de paradigme pour nous. Car la vente directe aux particuliers ne représentait qu’à peine 5 % de notre activité.

Pour développer cette e-boutique, nous nous sommes rapprochés d’un collectif de développeurs web bénévoles qui l’a réalisée en une dizaine de jours. Les premières commandes sont arrivées très vite, de la part de nos clients existants, que nous avons relancés par e-mail et via les réseaux sociaux. Nous avons ensuite développé une clientèle plus large, partout en France.
Ce relais par le digital a été essentiel pour traverser le premier confinement. Lors de la deuxième vague, la boutique en ligne n’a pas eu le même volume de commandes, notamment car les cavistes sont restés ouverts. Mais le digital reste un soutien important de notre activité et nous allons continuer de le développer.

Comment les particuliers ont-ils manifesté leur solidarité avec vous ?

Nous avons reçu de nombreux messages de soutien de clients via le site web ou les réseaux sociaux. Ils nous souhaitaient bon courage et nous assuraient de leur fidélité. Pour animer cette communauté, nous avons publié sur les réseaux sociaux des petites vidéos montrant comment nous travaillons au vignoble. Nous envoyons également des e-mails de remerciement à chaque commande en ligne. Ce ne sont pas des e-mails automatisés. Je prends le temps de rédiger chaque message qui est personnalisé.

Avez-vous des produits coup de cœur que vous souhaitez présenter aux lecteurs du Monde ?

Un de nos produits phare est un Haut Médoc un peu particulier, baptisé « Fabre de nature ». Sa spécificité est d’être sans sulfites ajoutés, ce qui permet une restitution très pure du raisin. C’est un 100 % Cabernet Sauvignon, à la saveur très fruitée, très gourmande. Nous avons également travaillé son packaging, qui se veut moderne et plus coloré que sur les bouteilles classiques. C’est un vin résolument dédié à des moments de convivialité.

Comment abordez-vous l’année 2021 ?

Avec prudence, mais aussi beaucoup d’optimisme. La fin d’année 2020 est bien meilleure que le début. La vie sociale en Chine a bien repris, ce qui permet d’y relancer nos ventes. Aux États-Unis : la surtaxe n’est pas prête de disparaître, mais nos ventes s’y maintiennent. Quant à la France, notre boutique en ligne va devenir un axe de développement majeur. Nous allons par exemple ajouter de nouveaux contenus, comme des recettes de cuisine se mariant parfaitement avec chacun de nos vins. En 2021, nous devrions générer près de 10 % de notre chiffre d’affaires grâce à notre boutique en ligne.

Soutenez Jean-Hubert Fabre en allant sur son site internet.

Bruno - 28 décembre 2020